• Bonne année

    Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible

    Antoine de Saint-Exupéry


    2 commentaires
  • Trois p'tits tours et silence, c'est ça qui m'affecte

    Quand on m'aime je danse, quand on veut j'apparais...

    Trois p'tits tours et silence, j'suis pas en latex

    Quand on oublie le sens de ma vie disparaît

     

    Faire un voeu ou bien deux et puis fermer les yeux

    (Je suis là)

    Pour celui et pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux

    (Qui croient en moi)

    Faire un souhait pour de vrai et puis croire au mystère

    (Tout est là)

    C'est un style, c'est facile quand on est Mélusine

    Oh, Vite dépêche-toi

     

    Avant que tout s'éveille

    Attrapez-moi

    Mais pas le bout des ailes

    Une fée c'est fragile parfois

    Avant que minuit ne vienne

    Attrapez-moi

    Jeu de main, je de M

    Emoi

     

    Trois p'tits tours et silence, c'est ça qui me choque

    Quand ma peine est immense, je change l'or en toc

    Trois p'tits tours de passe-passe, moi j'en ai des stocks...

    Si ma baguette casse

    Que le grand Crick me croque

     

    Faire un voeu ou bien deux et puis fermer les yeux

    (Je suis là)

    Pour celui et pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux

    (Qui croient en moi)

    Faire un souhait pour de vrai et puis croire au mystère

    (Tout est là)

    C'est un style, c'est facile quand on est Mélusine

    Oh, Vite dépêche-toi

     

    Monday... Tuesday... Wednesday...

    Thursday... Friday... Saturday... Sunday...

     

    Avant que tout s'éveille

    Attrapez-moi

    Et voir mes étincelles

    Une fée c'est magique en soi

    Avant que minuit ne vienne

    Attrapez-moi

    Jeu de main, je de M

    Emoi

     Mylène Farmer


    votre commentaire
  • Sur les coteaux, dans les vallons, 

    À travers buissons et ronces, 

    Au dessus des parcs et des enceintes, 

    Au travers des feux et des eaux, 

    J'erre au hasard, en tous lieux, 

    Plus rapidement que la sphère de la lune.

    Je sers la reine des fées, 

    J'arrose ses cercles magiques sur la verdure ; 

    Les plus hautes primevères sont ses favorites : 

    Vous voyez des taches sur leurs robes d'or. 

    Ces taches sont les rubis, les bijoux des fées, 

    C'est dans ces taches que vivent leurs sucs odorants. 

    Il faut que j'aille recueillir ici quelques gouttes de rosée, 

    Et que je suspende là une perle aux pétales de chaque primevère. 

    Adieu, esprit lourd, je te laisse. 

    Notre reine et toutes nos fées viendront dans un moment.

     

    William Shakespeare

    Le songe d'une nuit d'été


    votre commentaire
  • L'hiver déjà

    Voici qu'un deuil nouveau couvre le voisinage,

    Déjà l'eau des étangs gèle dans les roseaux,

    Et déjà les chemins sont pleins de ton carnage,

    Hiver ! cruel chasseur de feuilles et d'oiseaux.

    Vincent Muselli


    votre commentaire
  • Bonjour l'automne

    Le bel automne est revenu

     

    À pas menus, menus,

    Le bel automne est revenu

    Dans le brouillard, sans qu'on s'en doute,

    Il est venu par la grand'route

    Habillé d'or et de carmin.

    Et tout le long de son chemin,

    Le vent bondit, les pommes roulent,

    Il pleut des noix, les feuilles croulent.

    Ne l'avez-vous pas reconnu ?

    Le bel automne est revenu.

     

    Raymond RICHARD


    votre commentaire
  • Joyeuses Pâques

    Oeufs de Pâques

    Voici venir Pâques fleuries,
    Et devant les confiseries
    Les petits vagabonds s'arrêtent, envieux.
    Ils lèchent leurs lèvres de rose
    Tout en contemplant quelque chose
    Qui met de la flamme à leurs yeux.

    Leurs regards avides attaquent
    Les magnifiques œufs de Pâques
    Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
    Magnifiques, fermes et lisses,
    Et que regardent en coulisse
    Les poissons d'avril, leurs voisins.

    Les uns sont blancs comme la neige.
    Des copeaux soyeux les protègent.
    Leurs flancs sont faits de sucre. Et l'on voit, à côté,
    D'autres, montrant sur leurs flancs sombres
    De chocolat brillant dans l'ombre,
    De tout petits anges sculptés.

    Les uns sont petits et graciles,
    Il semble qu'il serait facile
    D'en croquer plus d'un à la fois ;
    Et d'autres, prenant bien leurs aises,
    Unis, simples, pansus, obèses,
    S'étalent comme des bourgeois.

    Tous sont noués de faveurs roses.
    On sent que mille bonnes choses
    Logent dans leurs flancs spacieux
    L'estomac et la poche vides,
    Les pauvres petits, l'œil avide,
    Semblent les savourer des yeux.

     

    Marcel Pagnol


    votre commentaire
  • Meilleurs voeux


    votre commentaire
  • aux victimes du 13 novembre, à leurs familles, à mon pays

    Hommage


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • PrayforParis

    PARIS montre toujours les dents. Quand il ne gronde pas, il rit.

    Victor Hugo


    votre commentaire
  • C'est la rentrée

    Le Chahut

     

    Sur le chemin de l’école,

    Les crayons de couleur

    Sautent du cartable

    Pour dessiner des fleurs.

    Les lettres font la fête

    Debout sur les cahiers,

    Elles chantent à tue-tête

    L’alphabet des écoliers.

    Ciseaux et gommes

    Sèment la zizanie,

    Ils laissent sur la route

    Tout un tas de confettis.

    Entends-tu, ce matin,

    Le chahut sur le chemin ?

    C’est la rentrée qui revient !

    Véronique Colombé


    votre commentaire
  • Bonne fête papa ^^


    votre commentaire
  • Premier sourire du printemps

     

    Premier sourire du printemps

     

     

    Tandis qu'à leurs œuvres perverses

    Les hommes courent haletants

    Mars qui rit, malgré les averses,

    Prépare en secret le printemps

    Pour les petites pâquerettes,

    Sournoisement, lorsque tout dort,

    Il repasse les collerettes

    Et cisèle les boutons d'or.

    Dans le verger et dans la vigne, 

    ll s'en va, furtif perruquier,

    Avec une houppe de cygne,

    Poudrer à frimas l'amandier.

    La nature au lit se repose,

    Lui, descend au jardin désert

    Et lace les boutons de rose

    Dans leur corset de velours vert.

    Puis, lorsque sa besogne est faite,

    Et que son règne va finir,

    Au seuil d'avril, tournant la tête,

    Il dit : "Printemps, tu peux venir."

     

     

    Théophile Gautier


    votre commentaire
  • Tuto du jour sur Le Paradis des Copines

     


    votre commentaire
  • Meilleurs voeux

    Que cette nouvelle année vous soit la plus profitable possible


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique