• Summer time


    votre commentaire
  • Meilleurs voeux pour 2019

    Tutoriel de Liligraph


    votre commentaire
  • A l’enterrement d’une feuille morte

    Deux escargots s’en vont

    Ils ont la coquille noire

    Du crêpe autour des cornes

    Ils s’en vont dans le noir

    Un très beau soir d’automne

     

    (Extrait de "Chanson des Escargots qui vont à l'Enterrement" de Jacques Prévert)


    votre commentaire
  • The Fay had flown from fairy-land

    To usher spring on earth; 

    With golden tresses, wand in hand, 

    Her beauty caused much mirth.

     

    Like butterfly, white winged, she came

    In flowing bridal veil; 

    And as she trod the world, the dame, 

    Flowers of hues filled dale.

     

    The air perfumed spread far and wide

    And lured insects and birds; 

    She glanced around landscape with pride, 

    And spoke soft verdure words.

     

    The queen of seasons, spring brought cheer

    And winter vanished fast; 

    Then came all beasts including deer, 

    Victim of magic cast. 

     

    Dr. A.Celestine Raj Manohar M.D


    votre commentaire
  • Elle danse et tourbillonne
    Petite fée d'automne
    En dentelles de feuilles
    Que son âme recueille
    Au souffle de la brise
    Qui d'elle s'est éprise
    Elle danse et tourbillonne
    Petite fée d'automne
    En voile de couleurs
    Qui habille son coeur
    De pourpre, d'orangé
    Et de tons mordorés
    Elle danse et tourbillonne
    Petite fée d'automne
    En baisers dérobés
    Aux sous-bois parfumés
    Elle dépose son rêve
    Sur l'été qui s'achève
    Elle danse et tourbillonne
    Petite fée d'automne

     

    Alphonse Blaise 


    votre commentaire
  • Il pleure dans mon cœur

    Il pleure dans mon cœur
    Comme il pleut sur la ville ;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon cœur ?

    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un cœur qui s’ennuie,
    Ô le chant de la pluie !

    Il pleure sans raison
    Dans ce cœur qui s’écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?…
    Ce deuil est sans raison.

    C’est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon cœur a tant de peine !

    Paul Verlaine
    Romances sans paroles (1874)


    votre commentaire
  • Bonne année

    Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible

    Antoine de Saint-Exupéry


    2 commentaires
  • Trois p'tits tours et silence, c'est ça qui m'affecte

    Quand on m'aime je danse, quand on veut j'apparais...

    Trois p'tits tours et silence, j'suis pas en latex

    Quand on oublie le sens de ma vie disparaît

     

    Faire un voeu ou bien deux et puis fermer les yeux

    (Je suis là)

    Pour celui et pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux

    (Qui croient en moi)

    Faire un souhait pour de vrai et puis croire au mystère

    (Tout est là)

    C'est un style, c'est facile quand on est Mélusine

    Oh, Vite dépêche-toi

     

    Avant que tout s'éveille

    Attrapez-moi

    Mais pas le bout des ailes

    Une fée c'est fragile parfois

    Avant que minuit ne vienne

    Attrapez-moi

    Jeu de main, je de M

    Emoi

     

    Trois p'tits tours et silence, c'est ça qui me choque

    Quand ma peine est immense, je change l'or en toc

    Trois p'tits tours de passe-passe, moi j'en ai des stocks...

    Si ma baguette casse

    Que le grand Crick me croque

     

    Faire un voeu ou bien deux et puis fermer les yeux

    (Je suis là)

    Pour celui et pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux

    (Qui croient en moi)

    Faire un souhait pour de vrai et puis croire au mystère

    (Tout est là)

    C'est un style, c'est facile quand on est Mélusine

    Oh, Vite dépêche-toi

     

    Monday... Tuesday... Wednesday...

    Thursday... Friday... Saturday... Sunday...

     

    Avant que tout s'éveille

    Attrapez-moi

    Et voir mes étincelles

    Une fée c'est magique en soi

    Avant que minuit ne vienne

    Attrapez-moi

    Jeu de main, je de M

    Emoi

     Mylène Farmer


    votre commentaire
  • Sur les coteaux, dans les vallons, 

    À travers buissons et ronces, 

    Au dessus des parcs et des enceintes, 

    Au travers des feux et des eaux, 

    J'erre au hasard, en tous lieux, 

    Plus rapidement que la sphère de la lune.

    Je sers la reine des fées, 

    J'arrose ses cercles magiques sur la verdure ; 

    Les plus hautes primevères sont ses favorites : 

    Vous voyez des taches sur leurs robes d'or. 

    Ces taches sont les rubis, les bijoux des fées, 

    C'est dans ces taches que vivent leurs sucs odorants. 

    Il faut que j'aille recueillir ici quelques gouttes de rosée, 

    Et que je suspende là une perle aux pétales de chaque primevère. 

    Adieu, esprit lourd, je te laisse. 

    Notre reine et toutes nos fées viendront dans un moment.

     

    William Shakespeare

    Le songe d'une nuit d'été


    votre commentaire
  • L'hiver déjà

    Voici qu'un deuil nouveau couvre le voisinage,

    Déjà l'eau des étangs gèle dans les roseaux,

    Et déjà les chemins sont pleins de ton carnage,

    Hiver ! cruel chasseur de feuilles et d'oiseaux.

    Vincent Muselli


    votre commentaire
  • Bonjour l'automne

    Le bel automne est revenu

     

    À pas menus, menus,

    Le bel automne est revenu

    Dans le brouillard, sans qu'on s'en doute,

    Il est venu par la grand'route

    Habillé d'or et de carmin.

    Et tout le long de son chemin,

    Le vent bondit, les pommes roulent,

    Il pleut des noix, les feuilles croulent.

    Ne l'avez-vous pas reconnu ?

    Le bel automne est revenu.

     

    Raymond RICHARD


    votre commentaire
  • Joyeuses Pâques

    Oeufs de Pâques

    Voici venir Pâques fleuries,
    Et devant les confiseries
    Les petits vagabonds s'arrêtent, envieux.
    Ils lèchent leurs lèvres de rose
    Tout en contemplant quelque chose
    Qui met de la flamme à leurs yeux.

    Leurs regards avides attaquent
    Les magnifiques œufs de Pâques
    Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
    Magnifiques, fermes et lisses,
    Et que regardent en coulisse
    Les poissons d'avril, leurs voisins.

    Les uns sont blancs comme la neige.
    Des copeaux soyeux les protègent.
    Leurs flancs sont faits de sucre. Et l'on voit, à côté,
    D'autres, montrant sur leurs flancs sombres
    De chocolat brillant dans l'ombre,
    De tout petits anges sculptés.

    Les uns sont petits et graciles,
    Il semble qu'il serait facile
    D'en croquer plus d'un à la fois ;
    Et d'autres, prenant bien leurs aises,
    Unis, simples, pansus, obèses,
    S'étalent comme des bourgeois.

    Tous sont noués de faveurs roses.
    On sent que mille bonnes choses
    Logent dans leurs flancs spacieux
    L'estomac et la poche vides,
    Les pauvres petits, l'œil avide,
    Semblent les savourer des yeux.

     

    Marcel Pagnol


    votre commentaire
  • Meilleurs voeux


    votre commentaire
  • aux victimes du 13 novembre, à leurs familles, à mon pays

    Hommage


    votre commentaire